“Les communautés de deuil”

Prochaine conférence dans le cadre de “Les sorties de guerre. France, Allemagne, Europe 1917-1923”, cycle organisé conjointement par l’Institut historique allemand et la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale (vers le programme).

Stéphane Audoin-Rouzeau (École des hautes études en sciences sociales) étudiera Le deuil personnel après la Grande Guerre. Les historiens, depuis longtemps, se sont focalisés sur le deuil collectif induit par la mort de masse pendant la Grande Guerre, ainsi que sur toutes les manifestations de ce dernier. Mais ils se sont peu intéressés au deuil personnel, tel qu’il a été vécu au sein des familles, et éprouvé, littéralement, par les acteurs sociaux. Une “histoire du sensible” peut-elle approcher de la douleur de la perte ? Par quels moyens ? Avec quelles sources ? Pour quels effets de connaissance et d’intelligibilité? C’est à de telles questions que cette intervention voudrait tenter de répondre.

Silke Fehlemann (université Düsseldof) reviendra sur le thème Souvenir, deuil et représentations. Cultures de mémoire pendant la République de Weimar. Pendant la Première Guerre mondiale, la question du deuil provoqué par les morts des combats est débattue publiquement. Le régime d’un deuil profond et silencieux devient alors le compromis pour réconcilier aussi bien la tristesse et le sentiment de perte ainsi que les paroles de jusqu’au-boutisme de la société en guerre. L’image du deuil silencieux reste intacte pendant la République de Weimar, excluant le deuil des familles de l’espace public. Cela contribue, parmi d’autres facteurs, à une marginalisation politique des survivants, n’ayant que peu de place dans les cérémonies locales. La mémoire est surtout militaire et masculine, alors que la société civile a lourdement contribué à l’effort de guerre.
La vague de souvenir vers la fin des années 1920 provoque en revanche une conjoncture de récits et de mémoires militaires aussi bien que civiles. S’affirment alors deux tendances différentes. Socio-démocrates et libéraux de gauche défendent le principe d’un deuil sans héroïsation, alors qu’au sein de la bourgeoisie nationaliste-conservatrice s’impose une lecture idéalisant les soldats morts pour la patrie. Les national-socialiste, fascinés par la guerre et tenant un discours imprégné de métaphores de combat, reprennent cette dernière interprétation pour se mettre en scène comme un mouvement de salut, capable de guérir les blessures de la défaite.

Date: 9 octobre 2018, 18h30

Lieu: Institut historique allemand (8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris), réservation: event@dhi-paris.fr.

Image: Théophile Alexandre Steinlen, (1859-1923), La Gloire. Veuves de Poilus, Première Guerre mondiale (1914-1918), Estampe, 1915. Source gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France. Public domain.


Axel Dröber

Axel Dröber ist Historiker mit Schwerpunkt Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert. Seine Dissertation hat er zur Geschichte der französischen Nationalgarde und der Bedeutung revolutionärer Kriegs- und Gewalterfahrung für die Entwicklung des modernen Nationalstaates geschrieben. Axel Dröber ist wissenschaftlicher Mitarbeiter am Deutschen Historischen Institut, wo er sich mit der Geschichte der Migration in Deutschland und Frankreich in der Zwischenkriegszeit beschäftigt.

More Posts

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.