“1919–1923. Quelles politiques mémorielles des États?”

Prochaine conférence dans le cadre de “Les sorties de guerre. France, Allemagne, Europe 1917-1923”, cycle organisé conjointement par l’Institut historique allemand et la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale (vers le programme).

Elise Julien (SciencesPo Lille)  étudiera le thème de Apaisement ou prolongement de la guerre ? L’asymétrie des politiques de mémoire en France et en Allemagne. Malgré la grande convergence des expériences de la guerre en France et en Allemagne, la divergence des réinterprétations qui se cristallisent à l’issue du conflit et des narratifs nationaux qui se mettent alors en place est frappante. Celle-ci tient aux contextes autant qu’aux acteurs qui se saisissent des questions mémorielles. Parmi eux, les Etats se trouvent dans des situations largement opposés en France et en Allemagne – notamment du fait de la continuité du régime ou de la révolution – ce qui joue sur leurs marges de manœuvre et débouche de part et d’autre sur une prise en charge très inégale des politiques de mémoire.

Marco Mondini (Université de Padoue/ Institut Historique Italo Germanique) analysera L’étrange victoire. Comment l’Italie n’est pas arrivée à sortir de la guerre. En 1918, l’Italie se range du côté des vainqueurs mais, bizarrement, la sortie de la Grande Guerre ravive le sentiment d’une nation humiliée et vaincue. À l’origine de ce paradoxe se trouve, en premier lieu, l’échec du processus de démobilisation, politique et militaire ainsi que culturelle. La classe politique libérale, qui a conduit le pays dans le conflit en 1915 et qui est encore au pouvoir, n’est pas capable d’élaborer une stratégie efficace de sortie de la guerre. Le choix de n’organiser aucune fête nationale de la victoire en 1919 est étonnant, surtout pour les vétérans du front (et leurs familles). D’un côté, les gouvernements libéraux sont perçus, notamment par l’opinion publique bourgeoise, comme des faibles et des traitres, qui ont peur de la vague subversive et antipatriotique (en fait, beaucoup dirigeants de l’Etat sont obsédés par la terreur d’une révolution bolchevique dans l’Italie du 1919). De l’autre, l’absence d’une direction centralisée des rituels mémoriels a comme résultat le début d’une saison polycentrique de la mémoire de guerre : la Péninsule se couvre de monuments aux morts, mais il s’agit d’une monumentalisation gérée et financée largement par les administrations locales ou les associations civiles, lesquelles transportent des messages et idéologies très différents, de l’orgueil patriotique jusqu’au refus de la noblesse du sacrifice en guerre. Enfin, l’échec de l’Etat comme directeur d’une cohérente stratégie mémorielle a comme résultat la survivance des fractures sociales et idéologiques qui avaient marqué l’intervention de l’Italie dans la guerre en 1915. C’est le début d’une (nouvelle) guerre civile qui sera l’humus pour le succès du mouvement fasciste.

Image: Didier Descouens: Garidech, Haute-Garonne, France. Le monument aux Morts. Public domain.

 

 


Axel Dröber

Axel Dröber ist Historiker mit Schwerpunkt Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert. Seine Dissertation hat er zur Geschichte der französischen Nationalgarde und der Bedeutung revolutionärer Kriegs- und Gewalterfahrung für die Entwicklung des modernen Nationalstaates geschrieben. Axel Dröber ist wissenschaftlicher Mitarbeiter am Deutschen Historischen Institut, wo er sich mit der Geschichte der Migration in Deutschland und Frankreich in der Zwischenkriegszeit beschäftigt.

More Posts

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *