“Nationalisme et révisionnisme dans l’après-guerre. Les traités de paix et l’Europe de l’Est”

Prochaine conférence dans le cadre de “Les sorties de guerre. France, Allemagne, Europe 1917-1923”, cycle organisé conjointement par l’Institut historique allemand et la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale (vers le programme). 

Isabelle Davion (université Paris-Sorbonne) et Jochen Böhler (Imre Kertész Kolleg, Iéna) étudieront l’impact et les conséquences des traités de paix après la Première Guerre mondiale en Europe de l’Est. Ils partent du constat que les traités doivent être étudiés sur le temps moyennement long qui va de 1917 au début des années 1920. D’abord parce que les derniers combats

décident pour une part essentielle des négociations d’armistice puis de paix, notamment en ce qui concerne les frontières. Ensuite parce que l’application immédiate des traités offre l’occasion de les analyser en finesse. On observe ainsi que la notion de révisionnisme est prévue par les traités de paix eux-mêmes : en effet, leur architecture, bien plus souple qu’on ne le croit, ouvre la possibilité de revenir sur certaines dispositions, voire laisse ouvertes les questions territoriales les plus complexes. Le recours au plébiscite transforme ainsi l’Europe centre-orientale en laboratoire du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Mais dès le début des années 1920, ce principe soulève des ambiguïtés qui ne sont toujours pas résolues : l’auto-détermination est-elle instrument de justice ou loi du plus fort ? Favorise-t-elle les coups d’état ou applique-t-elle la démocratie à l’ère des masses ?

Date: 6 mars 2018, 18h30

Lieu: Institut historique allemand (8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris), réservation: event@dhi-paris.fr.

Image: Piotr Rudzki, Monument à Turek de Józef Gosławski, montrant Józef Piłsudski . Wikimedia Commons (share alike).


Axel Dröber

Axel Dröber ist Historiker mit Schwerpunkt Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert. Seine Dissertation hat er zur Geschichte der französischen Nationalgarde und der Bedeutung revolutionärer Kriegs- und Gewalterfahrung für die Entwicklung des modernen Nationalstaates geschrieben. Axel Dröber ist wissenschaftlicher Mitarbeiter am Deutschen Historischen Institut, wo er sich mit der Geschichte der Migration in Deutschland und Frankreich in der Zwischenkriegszeit beschäftigt.

More Posts

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.