“Reconstruire les terres aplaties”

Prochaine conférence dans le cadre de “Les sorties de guerre. France, Allemagne, Europe 1917-1923”, cycle organisé conjointement par l’Institut historique allemand et la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale (vers le programme).

Philippe Nivet (université de Picardie Jules Verne) se penchera sur comment Reconstruire la France dévastée après la Première Guerre mondiale. La question de la reconstruction est posée en France avant même la fin du conflit. Des architectes réfléchissent à la manière de tirer parti de la dévastation pour moderniser villes et villages, tandis que des organismes étatiques sont créés (ORA, ORI…).  Parallèlement, un débat est engagé sur l’opportunité de conserver des ruines mémorielles, en particulier de monuments historiques, comme témoignages de la guerre et de “la barbarie” allemande. Cette communication reviendra donc sur la genèse de la reconstruction. Elle présentera ensuite les différents acteurs de cette reconstruction, dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre que connaît la France après la Première Guerre mondiale. Enfin, elle reviendra sur la reconstruction des villages, sur celle des villes, enfin sur celle des monuments historiques, en se demandant si la reconstruction a été une “reconstitution” — pour reprendre le vocabulaire administratif de l’époque — ou si elle a été l’occasion d’une modernisation du territoire dévasté.

Isabell Koch (université de Düsseldorf), quant è elle, étudiera Les prisonniers de guerre allemands en France après 1918. L’intervention a pour objet la situation des prisonniers de guerre allemands en France après l’armistice de 1918. Jusqu’à la fin de l’année 1918, il y avait presque 400 000 prisonniers allemands en France. Tandis que les prisonniers alliés ont été rapatriés dans les semaines et mois qui suivirent l’armistice, la plupart des prisonniers allemands devait encore rester en France, sans savoir pour combien de temps. Contrairement au droit international, des prisonniers ont été employés sous la surveillance de l’administration civile et de l’armée à des travaux pour la reconstruction dans les régions libérées : le désobusage et le déblayage des débris. La France a rapatrié les derniers prisonniers relativement tard, après l’entrée en vigueur du traité de Versailles, au début de l’année 1920. La présentation aborde la problématique particulière des prisonniers de guerre allemands en France vers la fin de la guerre et dans l‘immédiat après-guerre au travers de différentes perspectives.

Date: 6 février 2018, 18h30

Lieu: Institut historique allemand (8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris), réservation demandée: event@dhi-paris.fr.

Image:  Anonyme, La ville d’Albert (Somme, France), en ruine à l’issue de la Première Guerre mondiale, 1er janvier 1919. Domaine public.


Axel Dröber

Axel Dröber ist Historiker mit Schwerpunkt Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert. Seine Dissertation hat er zur Geschichte der französischen Nationalgarde und der Bedeutung revolutionärer Kriegs- und Gewalterfahrung für die Entwicklung des modernen Nationalstaates geschrieben. Axel Dröber ist wissenschaftlicher Mitarbeiter am Deutschen Historischen Institut, wo er sich mit der Geschichte der Migration in Deutschland und Frankreich in der Zwischenkriegszeit beschäftigt.

More Posts

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *