Les sorties de guerre. France, Allemagne, Europe 1917-1923

Cycle de conférences organisé conjointement par l’Institut historique allemand et la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale (novembre 2017-novembre 2018)


La révolution russe de 1917 puis l’armistice du 11 novembre 1918 ouvrent une période plus ou moins longue de règlement de la paix sur fond de recomposition des frontières en Europe et plus largement dans le reste du monde. Ils sont loin de clore cependant les violences militaires et politiques, laissant la place à des épisodes révolutionnaires et de tensions qui pèsent durablement sur l’histoire de l’entre-deux-guerres. En parallèle, les sociétés européennes se reconstruisent sur les ruines de la Grande Guerre, en cultivant des mémoires parfois contradictoires du conflit. Celui-ci est tout à la fois creuset d’un renouveau social et politique ainsi que fossoyeur de l’Europe d’une Belle Époque révolue qui nourrit l’internationalisme et le pacifisme des années 20 et 30.
Le cycle de conférences propose d’étudier les sorties de guerre sous quatre angles, à savoir les révolutions, les traités de paix, la reconstruction et les mémoires.
Pendant chaque séance, dédiée à une de ces thématiques, interviennent deux experts pour débattre de la fin de la Première Guerre mondiale en France, en Allemagne et en Europe (vers le programme).

Le mardi 21 novembre 2017 (18h30 à l’Iha) est consacré au thème « Vers la défaite, vers la victoire? La révolution russe et les conséquences pour l’Allemagne ». Nicolas Werth analysera la fin de l’Empire russe et la décomposition de l’armée du tzar. Gerd Krumeich traitera de l’espoir des militaires allemands de vaincre sur le front de l’Ouest, de la volonté des gauches allemandes de terminer la guerre et de l’émergence de la légende du coup de poignard dans le dos.

Image: Boris Michael Kustodiev: Bolschewik (1920). Galerie Tretiakov, Moscou. WikimediaCommons, Public Domain. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ab/Bolshevik_-_Kustodiev.jpg


Axel Dröber

Axel Dröber ist Historiker mit Schwerpunkt Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert. Seine Dissertation hat er zur Geschichte der französischen Nationalgarde und der Bedeutung revolutionärer Kriegs- und Gewalterfahrung für die Entwicklung des modernen Nationalstaates geschrieben. Axel Dröber ist wissenschaftlicher Mitarbeiter am Deutschen Historischen Institut, wo er sich mit der Geschichte der Migration in Deutschland und Frankreich in der Zwischenkriegszeit beschäftigt.

More Posts

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *