Un siècle – deux trajectoires. Les mémoires françaises et allemandes de la Première Guerre mondiale, 1918-2014

Le 12 mars 2008, le dernier poilu français de la Grande Guerre, Lazare Ponticelli, s’éteint. C’est la fin d’un cycle mémoriel marqué par la présence des témoins directs des horreurs de la guerre.1 Pendant les années 2000, le véritable culte qui est voué aux « derniers poilus » dans l’espace public français est l’un des marqueurs d’une renaissance spectaculaire de la mémoire de 1914-1918 en France2, renaissance qui plonge ses racines dans les années 1980/1990 ; elle s’inscrit dans le phénomène transnational du « memory boom »3 qui fait émerger de nouveaux acteurs, rituels et pratiques mémoriels partout en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Par conséquent, le décès de Ponticelli est loin de passer inaperçu, et le 17 mars, en présence du président de la République, lors d’une grande cérémonie d’hommage aux Invalides retransmise en direct sur TF1 et France 2, la République lui accorde les obsèques nationales. Cet hommage est décliné à d’autres échelles, notamment dans les établissements scolaires, où un certain nombre d’activités mémorielles accompagnent la cérémonie parisienne.

À peine quelques semaines avant la disparition de Ponticelli, le 1er janvier 2008, un autre centenaire, lui aussi vétéran de la Première Guerre mondiale, s’était éteint près de Cologne, en Allemagne. Erich Kästner était le dernier survivant allemand de la guerre de 1914-1918. Mais les parallèles avec Ponticelli s’arrêtent là. À l’inverse de l’importante mobilisation politico-mémorielle qui allait accompagner la mort du poilu français, la disparition de Kästner n’eut aucun écho médiatique. Le dernier soldat allemand de la Grande Guerre meurt pour ainsi dire dans l’indifférence générale, la catégorie mémorielle de « dernier soldat » n’existant alors pas outre-Rhin4.

Loin d’être anecdotique, cette asymétrie franco-allemande dans le traitement médiatique des derniers anciens combattants illustre, on ne peut plus clairement, le gouffre mémoriel qui sépare les deux pays en ce qui concerne l’importance de la mémoire de la Première Guerre mondiale à la veille du Centenaire de 2014 : alors qu’en France la mémoire de la guerre et des poilus de 14-18 constitue une ressource symbolique qu’il est possible de mobiliser à tout moment, un chapitre majeur du roman national au sein duquel peuvent se retrouver différentes mémoires patriotiques, pacifistes, régionales, locales, familiales etc., ce n’est pas le cas en Allemagne. Les années 1914-1918 y semblent appartenir à un passé beaucoup plus lointain, apanage des historiens, et ne pouvant pas être, au-delà d’un appel à la paix et d’une condamnation abstraite des horreurs de la guerre, mobilisable à des fins de politique de mémoire.

Ces différences n’empêchent pas l’organisation de commémorations franco-allemandes communes autour de la Première Guerre mondiale, loin s’en faut. Il est tout au contraire frappant de constater que c’est justement le souvenir de cette première catastrophe européenne du xxe siècle qui est évoqué, et cela quasiment dès le début de la réconciliation franco-allemande, pour légitimer et mettre en scène le rapprochement des deux pays. Ainsi, les images du chancelier Konrad Adenauer et du président Charles de Gaulle à la cathédrale de Reims (1962), de la fameuse poignée de main entre François Mitterrand et Helmut Kohl devant l’Ossuaire de Douaumont (1984) et, dans une moindre mesure, l’image de Nicolas Sarkozy et d’Angela Merkel côte à côte sous l’Arc de Triomphe à l’occasion du 11 novembre 2009, marquent les esprits et donnent de la profondeur historique et symbolique au partenariat franco-allemand. En revanche, force est de constater que ces manifestations n’aboutissent pas – ou aboutissent en partie seulement – à la mise en place d’un récit commun sur la guerre. À ce titre, il est d’ailleurs tout sauf anodin que les premiers temps forts franco-allemands soient des actes solennels qui ne donnent lieu à aucun discours (Reims, Verdun), comme s’il ne fallait surtout pas troubler l’impression d’harmonie en explicitant les divergences quant à l’interprétation de la guerre qui subsistent d’une part et d’autre du Rhin. Ce mutisme protocolaire semble désormais dépassé, et les cérémonies du 11 novembre 2009 et, plus récemment, du 3 août 2014 et du 29 mai 2016 sont accompagnées de longs discours. Ceux-ci permettent justement de comprendre à quel point on ne parle pas forcément de la même chose quand on évoque ensemble le souvenir de la Grande Guerre. Prenons, par exemple, les discours tenus par François Hollande et par le président de la République fédérale d’Allemagne, Joachim Gauck, à l’occasion de la pose de la première pierre de l’Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf en août 2014. Certes, les deux orateurs partagent la même interprétation globale de la guerre : elle est pour eux deux une catastrophe majeure de l’histoire européenne, créatrice d’indicibles souffrances et destructrice de tant de vies et de familles. Tous les deux insistent également sur les leçons à tirer de l’hécatombe de 1914-1918, à savoir la réconciliation franco-allemande et la construction européenne. En revanche, dès qu’il s’agit de développer, au-delà de ces généralités et d’un message de paix, ce que, cent ans après les événements, Français et Allemands d’aujourd’hui doivent retenir des commémorations de la Grande Guerre, les choses sont tout de suite plus compliquées. Pour le président français, les commémorations donnent « du sens au monde d’aujourd’hui, d’abord sur ce que doit être le patriotisme », célèbrent « le courage des soldats » et insistent « sur ce qu’il y a d’universel […] de l’amour de son pays, c’est-à-dire la capacité pour chacun et chacune d’entre nous de regarder au-delà de lui-même, au-delà de son intérêt particulier »5. Bref, les soldats de 14 représenteraient des modèles de civisme que les Français d’aujourd’hui, leurs « héritiers », se doivent de suivre dans le dépassement de soi, dans l’intérêt de la communauté nationale.

Ce lien affectif liant les contemporains des commémorations du Centenaire aux contemporains de la Grande Guerre, ce sens d’une continuité historique, est complètement absent du discours de Gauck, qui a du mal à dégager quelque chose de positif dans l’horreur de la guerre. Dans son discours, la guerre semble distante, appartenant à une autre époque, voire incompréhensible. Ainsi, selon lui, on est tout d’abord « stupéfait » et « désemparé » face au « fanatisme qui, en ces lieux, présida à la volonté de destruction, tout comme à la propension à l’autosacrifice ». Or, ce fanatisme n’est rien d’autre que le résultat du « terrible aveuglement intellectuel et moral » que constituait le « nationalisme exacerbé » et qui a entraîné « l’ancienne Europe, qui venait tout juste, à la Belle Époque, de connaître ce formidable essor auquel nous ne pouvons plus vouer qu’une admiration nostalgique », dans la « barbarie »6. Le contraste est saisissant : alors que l’un évoque – en dehors des souffrances et des horreurs de la guerre, ne l’oublions pas – l’abnégation des poilus, leur leçon de patriotisme ainsi que la force de « l’union sacrée » de 14-18, qu’il entend sauver pour restaurer la confiance dans l’avenir du pays, l’autre, tout en concédant du bout des lèvres que « le concept de nation est précieux », insiste sur les méfaits du nationalisme et voit l’importance des commémorations surtout dans le fait qu’elles permettent, par contraste, de mettre en valeur le « long chemin que nous avons dû parcourir en Europe afin d’arriver là où nous sommes aujourd’hui ». En d’autres termes, en Allemagne, la Première Guerre mondiale sert exclusivement de repoussoir négatif, pour mieux célébrer l’évolution politique de l’Europe en général et des relations franco-allemandes en particulier depuis 1945.

Comprendre et expliquer cette asymétrie, prendre la mesure des divergences, mais aussi des convergences mémorielles, l’analyser dans un temps long et ainsi enrichir le débat historiographique autour des mémoires françaises et allemandes de la Grande Guerre, tel est l’objectif du présent ouvrage. En suivant les trajectoires mémorielles des deux pays de la fin de la guerre à nos jours, nous ambitionnons de proposer une synthèse, certes non exhaustive mais représentative des dynamiques sociales et culturelles et des enjeux politiques qui ont structuré à travers bientôt cent ans les regards portés en France et en Allemagne sur la guerre de 14-18.

Les mémoires de la Grande Guerre et les différentes cultures mémorielles dans lesquelles elles s’expriment constituent depuis vingt ans un chantier particulièrement dynamique de l’histoire culturelle et sociale de la Première Guerre mondiale et de l’entre-deux-guerres7. S’il existe déjà un certain nombre de travaux d’histoire comparée sur la mémoire de la Grande Guerre dans les deux pays, notamment sur la mémoire de l’entre-deux-guerres8, aucun ouvrage n’a jusqu’ici tenté de brosser un tableau d’ensemble. À l’heure du Centenaire, à l’heure où les grandes cérémonies politiques franco-allemandes, comme la cérémonie du 3 août 2014 au Hartmannswillerkopf en Alsace ou celle du 29 mai 2016 à Verdun, s’efforcent de donner une vraie visibilité au volet franco-allemand des commémorations du début de la guerre et de la bataille de Verdun, nous pensons faire œuvre utile en insistant sur la complexité et sur le cheminement historique des mémoires françaises et allemandes de la Grande Guerre.

Cet ouvrage est organisé de manière chronologique. Dans une première partie introductive seront abordées les préfigurations historiques, les fondements mémoriels des commémorations de la Première Guerre mondiale et des morts de cette guerre sans précédent. Ceux-ci s’inscrivent, et il est important d’insister là-dessus, dans des pratiques mémorielles bien établies depuis la guerre franco-prussienne de 1870-1871, à la suite de laquelle la mémoire du conflit avait déjà été un enjeu politique d’envergure. L’article de François Roth brosse à grands traits la longue histoire mémorielle de cette autre guerre, aujourd’hui largement ignorée du grand public mais qui a non seulement fourni aux contemporains de 1914 les clés de lecture de la nouvelle guerre qui venait d’être déclenchée, mais également structuré les premières mises en récit ainsi que les premiers discours mémoriels.

La deuxième partie est consacrée aux années 1918-1945 et à la manière dont la guerre est mise en récit de part et d’autre du Rhin pendant les années 1920-1930 et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, période au cours de laquelle les mémoires françaises et allemandes empruntent des trajectoires bien différentes. Pendant les années 1920, la guerre est omniprésente, le « poids des morts sur les vivants »9 se faisant sentir dans les deux pays. Il est en effet difficile de voir comment il aurait pu en être autrement, au vu de l’ampleur des pertes : deux millions de morts côté allemand, un million trois cent mille côté français. L’expérience partagée de la guerre industrielle a pu rapprocher, dans une certaine mesure, les Allemands et les Français de l’époque. En revanche, le dénouement du conflit, c’est-à-dire la victoire pour les uns, l’effondrement, la révolution et la défaite suivie d’un traité de paix perçu comme profondément injuste pour les autres, les divisent irrémédiablement, au moins à moyen terme. Le clivage vainqueur/vaincu se manifeste d’abord dans le degré de conflictualité qui accompagne l’émergence des discours, des pratiques mémorielles et l’érection de monuments, que ce soit à l’échelle locale ou nationale. Certes, en tant que pratique sociale, toute commémoration est par essence conflictuelle, dans la mesure où elle implique impérativement des choix quant à ce qui mérite d’être commémoré au détriment d’autres mémoires possibles portées par d’autres groupes sociaux, ethniques et/ou socioculturels, et relève donc d’un rapport de force social plus ou moins explicite. Toutefois, comme le montre la contribution d’Élise Julien, la nature même des conflits auxquels donnent lieu en France les constructions de monuments aux morts de la Grande Guerre est sans commune mesure avec ce qui se passe alors en Allemagne, où les clivages mémoriels se prolongent en clivages politiques, et vice versa, rendant toute commémoration, et cela même à l’échelle locale, extrêmement difficile. Ce différentiel de conflictualité, que nous retrouvons dans les articles de Nicolas Beaupré sur la littérature de guerre et de Laurent Jalabert sur la mémoire visuelle du conflit, tient pour beaucoup au fait que la défaite annule de facto la signification donnée pendant la guerre à la mort de masse et aux multiples sacrifices des Allemands de l’époque : alors que la victoire, même chèrement acquise, donne un sens à la mort des soldats français et laisse de la place à une mémoire plurielle au sein de laquelle peuvent coexister des lectures pacifistes et patriotiques du conflit, les commémorations allemandes doivent en fait « inventer » un récit de la guerre capable de compenser le vide de sens créé par la défaite ; cela explique l’extrême acharnement avec lequel les porteurs des différentes mémoires concurrentielles – nationalistes et pacifistes entre autres – investissent l’espace public. De surcroît, une partie importante de la droite reproche à la gauche d’être responsable de la défaite – c’est la fameuse légende du « coup de poignard » ; dès lors, on comprend bien pourquoi les rivalités mémorielles ont tendance à affaiblir, à terme, la jeune République allemande. Impossible, en tous les cas, de mettre en œuvre une politique mémorielle à peu près consensuelle comme elle se met en place en France dès l’immédiat après-guerre, avec notamment la création du monument du soldat inconnu et la sanctuarisation du 11 Novembre. Celui-ci, Vincent Auzas en fait la démonstration, devient rapidement une véritable fête nationale, ce qui ne l’empêche pas d’être un espace politique par excellence soumis à l’agenda festif du gouvernement.

Une deuxième asymétrie majeure entre la mémoire des vaincus et celle des vainqueurs se profile progressivement au niveau du contenu, c’est-à-dire au niveau même du message porté par les différentes commémorations. Tandis que, côté français, une vision pacifiste tend à s’imposer, notamment au sein de la nébuleuse des anciens combattants, comme si la victoire, en satisfaisant certaines revendications du nationalisme français de l’avant-1914 (notamment en ce qui concerne la question de l’Alsace-Lorraine), permettait en fait de tourner la page de certaines valeurs militaires héritées du xixe siècle, les choses sont moins claires en Allemagne, où, au plus tard à partir de la fin des années 1920, une vision de plus en plus héroïque de la guerre, et en particulier du Frontsoldat allemand, devient dominante. À cet égard, Arndt Weinrich démontre qu’une vision positive du Frontsoldat et des valeurs guerrières qu’on lui prête (dépassement de soi, courage, sens du sacrifice, sens du devoir) transcende, au début des années 1930, avec un effet de génération qui joue, les clivages mémoriels sous Weimar. Ce mouvement aide à comprendre l’incontestable succès de la politique mémorielle du Troisième Reich, qui parvient à s’ériger en dépositaire du prétendu « esprit du front ».

Dans la construction mémorielle de la figure du Frontsoldat, la bataille de Verdun joue un rôle important tout au long des années 1920 et 1930, en convergence de ce qui se passe alors en France, où Verdun est, bien plus encore qu’en Allemagne, le symbole par excellence de toute la guerre. En jetant un regard croisé sur la construction de ce lieu de mémoire partagé, François Cochet illustre à la fois les divergences et les convergences franco-allemandes à travers le prisme de cette bataille mythique qui porte déjà, même si le contenu mémoriel est en fait assez différent d’un pays à l’autre, les germes d’un rapprochement mémoriel franco-allemand, notamment avec la grande cérémonie de 1936.

Notre panorama franco-allemand des dynamiques et enjeux mémoriels en France et en Allemagne pendant l’entre-deux-guerres ne serait pas complet sans quelques remarques relatives au cas particulier qui est celui de l’Alsace-Lorraine : la région étant allemande depuis 1871 et pendant tout le conflit, l’écrasante majorité des Alsaciens-Lorrains qui avaient combattu l’avaient fait du côté allemand, ce qui ne manque pas de rendre tout acte commémoratif extrêmement complexe. Jean-Noël Grandhomme retrace les grandes lignes de « la » mémoire de cette région, qui se singularise à l’échelle nationale par le recours à des symboles plus neutres, souvent religieux, mais qui reste tout de même dans une très large mesure une mémoire du vainqueur – d’abord française après 1918, et ensuite allemande en 1940, ne serait-ce que pour quelques années –, qui mise dans les deux cas sur la mémoire de la Grande Guerre afin de marquer la victoire.

La tentative de récupération de la mémoire de 14-18 par l’occupant allemand pendant la Seconde Guerre mondiale en Alsace ne constitue en rien une particularité régionale. En fait, comme le souligne Anne-Sophie Anglaret, la mémoire de la Grande Guerre reste un enjeu politique important pendant les années d’occupation : sur les champs de bataille de 14-18, le Troisième Reich triomphant entend exorciser la défaite de 1918, opération mémorielle qui vise à inscrire les soldats de la Wehrmacht victorieuse dans la tradition des héros de 1914-1918 et à montrer, par contraste avec ce qui s’est passé pendant la Première Guerre mondiale, la puissance militaire et industrielle du Reich d’Hitler. En France occupée, ce sont le régime de Vichy, avec à sa tête le maréchal Pétain, et la Résistance, qui comptent tous les deux se servir de la guerre de 14-18 pour légitimer respectivement le gouvernement de la révolution nationale et l’opposition armée aux forces d’occupation.

La dernière partie se donne pour objectif de mettre en relief l’évolution des mémoires françaises et allemandes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’aujourd’hui. Cette période se caractérise par une conjonction progressive de trois phénomènes mémoriels : il y a d’abord une très nette divergence franco-allemande en termes d’intensité des pratiques liées à la mémoire de la Première Guerre mondiale ; ensuite, une convergence quant à l’interprétation de la guerre ; enfin, et le deuxième et le dernier aspect sont évidemment liés, l’émergence de la Grande Guerre comme objet d’une politique mémorielle franco-allemande.

Partout en Europe, l’expérience de la Seconde Guerre mondiale tend, dès 1945, à effacer le souvenir de la guerre de 14-18, et les commémorations liées à cette deuxième conflagration, ô combien plus meurtrière, au moins à l’échelle globale, occupent désormais une place centrale dans l’économie des souvenirs nationaux. Cependant, l’effet d’écran n’opère pas de la même façon dans tous les pays et, une fois de plus, la France et l’Allemagne suivent deux trajectoires différentes : au fur et à mesure que l’opinion publique allemande prend toute la mesure des crimes perpétrés par le Troisième Reich, les victimes du nazisme, et particulièrement les victimes de la Shoah, se trouvent au cœur de la mémoire nationale construite autour de la reconnaissance de la barbarie nazie. La contribution de Jörg Echternkamp s’interroge sur la chronologie de ce long processus qui fait passer la mémoire de la Première Guerre mondiale à l’arrière-plan et explique la quasi-absence de la Grande Guerre dans la politique mémorielle (ouest-)allemande à partir des années 1960. L’article insiste également sur un changement récent de régime mémoriel qui fait que, depuis les années 2000, les Allemands recommencent à s’intéresser aux victimes allemandes du premier xxe siècle, recentrage qui conditionne la redécouverte de la Première Guerre mondiale depuis une vingtaine d’années. L’immense écho qu’a connu le Centenaire de 2014 en Allemagne doit, selon l’auteur, être considéré comme résultat de ce processus, qui, s’il ne transforme pas la mémoire des années 1914-1918 ni en pratique sociale ni en enjeu de politique mémorielle, rend toutefois à la Première Guerre mondiale sa place d’événement clé de l’histoire allemande du xxe siècle.

En France, en revanche, la mémoire de la Grande Guerre, si elle peut connaître des conjonctures, des périodes de basse et de haute intensité, avec notamment un regain mémoriel à partir des années 1980-1990, conserve son statut d’importante référence mémorielle de la République à travers les sept décennies qui suivent la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce contexte, c’est surtout autour de la figure du poilu que s’organisent les commémorations de 14-18 et c’est à elle que se rattachent les discours du souvenir et de la mémoire. La centralité relativement constante du soldat français de 14-18 dans le dispositif commémoratif ne doit toutefois pas laisser penser que la représentation de celui-ci reste inchangée à travers les années. En suivant l’évolution de l’image du poilu dans la mémoire française après 1945, Rémi Dalisson illustre tout au contraire un glissement sémantique de taille qui est représentatif de la mémoire française de la Grande Guerre dans son ensemble : le poilu cesse d’être le vainqueur de 1918, le héros de la République, pour devenir la principale victime d’une guerre que l’on comprend de moins en moins et qui apparaît de plus en plus comme une catastrophe nationale et européenne.

Cette lecture post-héroïque de la Première Guerre mondiale facilite sans doute la construction d’une mémoire partagée et l’écriture d’une histoire franco-allemande commune, mais elle n’en est pas la conditio sine qua non : nous avons déjà vu que les premières commémorations franco-allemandes datent en fait de l’entre-deux-guerres. Et en ce qui concerne les échanges historiographiques, Corinne Defrance et Ulrich Pfeil montrent on ne peut plus clairement qu’ils remontent, eux aussi, aux années 1930, même si les premières directives franco-allemandes pour l’enseignement de l’histoire (1935) – qui font la part belle à la Grande Guerre, et notamment à la question de la responsabilité pour le déclenchement de la guerre – n’ont alors qu’un impact limité. Après 1945, le contact entre les historiens des deux pays rétabli, la guerre de 14-18 continue d’être l’un des sujets clés du dialogue bilatéral qui aboutit, entre autres, à la réalisation du manuel d’histoire franco-allemand et qui accomplit un travail important de rapprochement des points de vue.

L’autre vecteur majeur de la construction d’une mémoire partagée est évidemment l’organisation de temps forts commémoratifs qui commencent à rythmer l’histoire des relations entre la France et l’Allemagne dès le début des années 1960, c’est-à-dire avant la signature du traité de l’Élysée, et qui sont dans une très large mesure étroitement liés à la Première Guerre mondiale. Reiner Marcowitz s’interroge sur les raisons de cet étrange tropisme « Première Guerre mondiale » des commémorations, auxquelles nous devons l’une des icônes, sinon l’icône par excellence de l’amitié franco-allemande : la poignée de main du président Mitterrand et du chancelier Kohl du 22 septembre 1984 devant l’Ossuaire de Douaumont, à l’aune de laquelle toute cérémonie franco-allemande doit depuis lors se mesurer. C’est le cas de la cérémonie du Hartmannswillerkopf, que nous avons déjà évoquée en début de cette introduction et avec laquelle l’auteur termine son tour d’horizon sur plus de cinquante ans de commémorations communes, non sans exprimer son scepticisme quant à la postérité de l’image de Gauck et de Hollande côte à côte au sommet de cette hauteur vosgienne que les soldats de l’époque appelaient le « mangeur d’hommes ».

À la toute fin de l’ouvrage, nous retrouvons donc le Centenaire de 2014, cette année commémorative de tous les superlatifs. Si nous manquons encore de recul pour nous permettre de dresser un premier bilan de cette déferlante européenne, voire mondiale, de cérémonies, commémorations et activités de toutes sortes10, quelques constats relatifs à la France et à l’Allemagne s’imposent tout de même. Retenons d’abord le fait que, de toute évidence, l’énorme mobilisation française autour du Centenaire, que ce soit au niveau de l’État, des collectivités territoriales ou de la société civile, confirme la place importante de la Grande Guerre dans la mémoire collective française. Ensuite, que les commémorations françaises ont été marquées par une volonté politique très forte d’ouverture, notamment envers l’Allemagne, mais aussi bien au-delà d’elle, ce qui fait de la France sans doute le champion d’une européanisation, sinon d’une globalisation de la mémoire de la Première Guerre mondiale11. Enfin, en ce qui concerne le contenu mémoriel, on constate que la vision catastrophique de la guerre fait l’unanimité et que la victimisation des poilus domine le discours. À cela correspond le fait que la victoire de 1918 est jusque-là la grande absente des discours, ou du moins complètement écrasée par l’idée de catastrophe européenne. Il sera d’ailleurs sans doute très intéressant de voir comment la question de la victoire et de la défaite sera abordée en 2018, alors qu’il sera infiniment plus difficile de faire l’impasse sur cette question qu’en 2014. Cette lecture dominante n’empêche pas, par moments et par endroits, l’expression de discours plus « patriotiques », que ce soient les « leçons de patriotisme » de Hollande, évoquées plus haut, le discours du Premier ministre, Manuel Valls, à l’occasion de la commémoration de la bataille de la Marne (« La France est un grand pays, reste un grand pays, et un grand pays ne renonce pas »12, septembre 2014), ou, pour citer un exemple encore plus récent, l’inauguration de la reconstruction à l’identique d’un monument qui date des années 1920 : la croix des chasseurs de Driant (février 2016)13.

Autant le Centenaire français était attendu, autant le Centenaire allemand ne l’était pas. Malgré le regain d’intérêt dans l’histoire de la Première Guerre mondiale depuis les années 199014, l’ampleur de la vague « centenaire », avec ses centaines de publications, documentaires, expositions et autres activités culturelles, n’a pas manqué de surprendre plus d’un, sinon tous les observateurs. Abstraction faite de quelques commémorations, notamment au niveau des Länder, l’État n’a pas été un acteur majeur du Centenaire allemand15 ; en revanche, la mobilisation « par en bas » a été d’autant plus impressionnante16. Fait inouï, le Centenaire de la Première Guerre mondiale en est même venu à éclipser très largement le soixante-quinzième anniversaire du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale (il faut savoir en effet que le soixante-quinzième anniversaire est très important dans la culture commémorative allemande, bien plus, par exemple, que le soixante-dixième, qui n’est pas considéré, outre-Rhin, comme un anniversaire majeur). Il pourrait être tentant d’en conclure que la mémoire allemande de la Première Guerre mondiale serait sur le point de s’affirmer, de sortir de l’ombre jetée par l’Holocauste et la Seconde Guerre mondiale. Mais les choses sont sans doute plus complexes. Car si le « sursaut 14-18 » semble bien s’inscrire dans ce qu’on a pris l’habitude d’appeler, en Allemagne, la « normalisation » du regard porté sur l’histoire allemande, c’est-à-dire la tendance à ne plus la regarder uniquement à travers le prisme du Troisième Reich, on peut également avancer l’argument selon lequel les spécificités du Centenaire allemand démontrent tout au contraire à quel point le regard sur les années 1914-1918 reste justement tributaire d’une vision de l’histoire du pays centrée autour de la culpabilité historique allemande qui, elle, découle de la mémoire de la Shoah17 : comment expliquer, autrement, que le débat allemand ait presque uniquement tourné autour de la question des origines de la guerre et, plus précisément, autour de la question de la responsabilité allemande dans l’escalade d’août 1914, alors que cette thématique a bien moins, voire pas du tout, retenu l’attention dans tous les autres pays européens, à l’exception, peut-être, de la Serbie ? Comment expliquer le succès vertigineux des Somnambules18 de Christopher Clark, qui en est actuellement à sa vingtième (!) édition (hors éditions de poche), sans le comprendre comme un livre qui délivre, en effet, les Allemands d’une lecture « culpabilisante » de l’histoire de leur pays au xxe siècle ? Il y a sans aucun doute quelque chose de mémoriel dans ce débat, mais ses enjeux mémoriels sont justement de nature beaucoup plus générale et ne touchent pas forcément à la Première Guerre mondiale.

En dehors de ce débat sur les origines de la guerre, il y a eu, il est vrai, une mobilisation du monde de la culture, notamment des musées19, qui correspond plus directement à l’élan mémoriel tel qu’on a pu le voir en France. Feu de paille « centenaire » ou mouvement de fond ? Impossible à dire pour le moment. La longue histoire de la mémoire de la Grande Guerre continue.

 

Arndt Weinrich

Laurent Jalabert

Reiner Marcowitz

 

  1. Cet ouvrage est issu du colloque « La longue durée de la Grande Guerre. Regards croisés franco-allemands de 1918 à nos jours », qui s’est tenu à Nancy et à Metz du 19 au 21 mars 2014 et qui a été organisé conjointement par l’université de Lorraine (Centre d’études germaniques interculturelles de Lorraine [CEGIL]), le Centre franco-allemand de Lorraine [CFALOR] (EA 3944), le Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire [CRULH] (EA 3945), le Comité d’histoire régionale de Lorraine [C.H.R.], le Goethe-Institut Nancy et l’Institut historique allemand. Le colloque a bénéficié du soutien généreux de ces institutions partenaires ainsi que de celui de l’université de Lorraine, de l’Université franco-allemande, de la Mission du Centenaire et de la mairie de la ville de Metz, qui nous a accueillis. Nous tenons à remercier tous ces organismes et leurs représentants respectifs de leur engagement, y compris financier, qui a rendu possible à la fois l’organisation du colloque et la publication de ses actes. []
  2. Voir par exemple Nicolas Offenstadt, 14-18 aujourd’hui. La Grande Guerre dans la France contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2010, p. 133-152. []
  3. Jay Winter, Remembering War. The Great War between Memory and History in the 20th Century, New Haven, Yale University Press, 2006, p. 1-14. []
  4. C’est en effet avec un retard de trois semaines qu’apparaissent dans la presse allemande quelques (rares) articles relatant la mort d’Erich Kästner, notamment dans l’hebdomadaire Der Spiegel qui publie, le 22 janvier, un premier article sur son site Internet anglophone : <http://www.spiegel.de/international/germany/aged-107-last-german-world-war-i-veteran-believed-to-have-died-a-530319.html>. Il faut encore attendre deux jours avant que ne paraisse, sur le site web allemand du Spiegel, le premier article dans la presse nationale en langue allemande : <http://einestages.spiegel.de/static/topicalbumbackground/1280/der_leise_tod_des_letzten_veteranen.html>, tous les deux consultés le 04/03/2016. Que ce soit un événement extérieur qui explique cette prise de conscience en dit long de l’intérêt porté en Allemagne à la Première Guerre mondiale. Le 20 janvier 2008, Louis de Cazenave, l’avant-dernier poilu français, décède. Dès le lendemain, cette disparition est copieusement relayée par les grands quotidiens de la presse nationale française, et c’est sans doute cette conjoncture médiatique qui pousse la presse allemande à s’interroger, à son tour, sur les derniers vétérans allemands de la Première Guerre mondiale et à « découvrir » ainsi la mort de Kästner… []
  5. <http://www.elysee.fr/declarations/article/discours-a-l-occasion-de-la-ceremonie-de-commemoration-franco-allemande-du-centenaire-de-la-grande-guerre-au-monument-national-du-hartmannswillerkopf/>, consulté le 04/03/2016. []
  6. <http://www.bundespraesident.de/SharedDocs/Downloads/DE/Reden/2014/08/140803-Rede-Gedenken-Frankreich-Franzoesisch.pdf ;jsessionid=555DCBAA8562719A051220B366CB45E5.2_cid285?__blob=publicationFile>, consulté le 04/03/2016. []
  7. Voir p. ex. Jay Winter, Antoine Prost, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004, p. 235-262. []
  8. Nicolas Beaupré, Écrire en guerre, écrire la guerre. France, Allemagne 1914-1920, Paris, CNRS-éditions, 2006 ; du même, Le traumatisme de la Grande Guerre, 1918-1933, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012 ; Élise Julien, Paris, Berlin. La mémoire de la guerre 1914-1933, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009. Plus récemment, Gerd Krumeich et Antoine Prost, Verdun 1916, Paris, Tallandier, 2015, consacrent également une partie importante de leur ouvrage à l’histoire des mémoires française et allemande de la bataille de Verdun. []
  9. Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 7. []
  10. Pour un premier bilan beaucoup plus approfondi, nous renvoyons le lecteur à l’Observatoire du centenaire, <https://www.univ-paris1.fr/autres-structures-de-recherche/lobservatoire-du-centenaire/>, qui regroupe, sous la direction de Nicolas Offenstadt, une quantité impressionnante de réflexions et de commentaires d’historiens sur le cycle commémoratif du centenaire. []
  11. Le préprogramme du centenaire, le « rapport Zimet », qui date du mois de septembre 2011, affiche cette volonté de manière exemplaire : <http://centenaire.org/sites/default/files/references-files/rapport_jz.pdf>, consulté le 04/03/2016. []
  12. <http://www.gouvernement.fr/partage/1479-la-france-est-capable-de-sursaut-capable-de-se-depasser-commemoration-de-la-bataille-de-la-marne>, consulté le 04/03/2016. []
  13. <http://www.defense.gouv.fr/sedac/prises-de-parole/prises-de-parole-de-m.-jean-marc-todeschini/discours-de-jean-marc-todeschini-sedacm-inauguration-de-la-croix-des-chasseurs-de-driant-dimanche-21-fevrier-2016>, consulté le 04/03/2016. []
  14. Un premier point d’orgue de cette redécouverte en Allemagne de la Première Guerre mondiale est atteint en 2004, 90e anniversaire de l’éclatement de la guerre, avec, pour ne citer que deux exemples, une grande exposition au Deutsches Historisches Museum à Berlin, « Der Erste Weltkrieg 1914-1918. Ereignis und Erinnerung », et la parution d’une encyclopédie sur la guerre : Gerhard Hirschfeld, Gerd Krumeich, Irina Renz (éds), Enzyklopädie Erster Weltkrieg, Paderborn, Schöningh, 2003, qui a connu un grand succès. « Die Ur-Katastrophe des 20. Jahrhunderts », le titre du Spiegel special, magazine de l’hebdomadaire Der Spiegel regroupant les articles sur la Première Guerre mondiale parus en début d’année 2004, est représentatif de la manière dont le public allemand commence alors à s’intéresser aux années 1914-1918 comme point de départ du xxe siècle. []
  15. Une exception notable : la séance solennelle du Bundestag du 3 juillet 2014, à laquelle participe l’historien Alfred Grosser : <https://www.bundestag.de/dokumente/textarchiv/2014/kw26_ak_gedenkstunde/284380>, consulté le 04/03/2016. []
  16. Loin d’être exhaustif, le site du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge (VDK) consacré au Centenaire permet d’avoir une première idée de la richesse du programme culturel autour de la Première Guerre mondiale : <http://www.100-jahre-erster-weltkrieg.eu/home.html>, consulté le 04/03/2016. []
  17. Voir par exemple Arndt Weinrich, « Le centenaire 2014 en Allemagne. Un bilan en 7 thèses, Observatoire du centenaire », <https://www.univ-paris1.fr/fileadmin/IGPS/Weinrich_-_bilan_7_th%C3%A8ses.pdf>, consulté le 04/03/2016. []
  18. Christopher Clark, Die Schlafwandler. Wie Europa in den Ersten Weltkrieg zog, Munich, DVA, 2013. []
  19. Outre l’exposition « Krieg der Imperien – der Erste Weltkrieg 1914-1918 » [Guerre des empires – la Première Guerre mondiale 1914-1918] au Deutsches Historisches Museum à Berlin, ce sont surtout les très nombreuses expositions d’histoire régionale ou locale qui méritent de retenir l’attention. Le Landschaftsverband Rheinland est ainsi à l’origine d’un programme ambitieux d’histoire régionale intitulé « 1914. Au cœur de l’Europe. La Rhénanie et la Première Guerre mondiale » dans le cadre duquel quatorze expositions sont organisées à travers la région <http://www.rheinland1914.lvr.de/de/startseite.html>, consulté le 04/03/2016. D’autres régions partagent cette ambition, qui peut se traduire par des activités transfrontalières : dans le cadre de l’INTERREG Oberrhein / Haut-Rhin entre la France, l’Allemagne et la Suisse, un complexe culturel autour du Centenaire voit le jour. Ainsi, de juin à décembre 2014, huit expositions, dont les épicentres sont l’Historisches Museum der Pfalz et le Dreiländermuseum Lörrach, revisitent, avec la participation de trente-deux autres musées, archives et associations historiques, la Première Guerre mondiale. De manière générale, on peut dire que dans la plupart des grandes villes allemandes il y a eu au moins une exposition autour des années 1914-1918 au cours de l’année 2014. []

Arndt Weinrich

Arndt Weinrich ist wissenschaftlicher Mitarbeiter am DHI Paris und Leiter der Forschergruppe Erster Weltkrieg. Er ist u.a. Mitglied des Comité directeur des Centre de Recherche de l'Historial de la Grande Guerre, Péronne, und associate editor der Zeitschrift First World War Studies.

More Posts

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *