Call for papers : Colloque international, « LES BATAILLES DE 1916 » / “THE MAJOR BATTLES OF 1916” (22-24.06.2016)


mission-centenaireAppel à communications – deadline : 4 janvier 2016 !

English version below

La Mission du Centenaire 14-18 et son Conseil scientifique organisent à Paris les 22, 23 et 24 juin 2016 un colloque international sur « Les batailles de 1916 ».

Argument

Les commémorations des batailles de 1916 risquent de traiter les batailles comme des évidences, réduites à leurs aspects militaires, alors que l’emploi même du terme « bataille » pour désigner « les séries conjuguées d’assauts, de tentatives pour percer le front ou au moins pour lui « grignoter » ses lignes de défense et faire reculer le front » (Agulhon) tranche avec ce que signifiait auparavant ce mot. Qu’est-ce qu’une « bataille » en 1916, par rapport à toutes les opérations militaires dénommées : « guerre », « campagne », « offensive », « combat », « front » ?

Le colloque prendra donc l’objet « bataille » comme sujet d’étude, dans sa dimension internationale.
– Son objectif est double : une avancée scientifique par l’élargissement des perspectives et la comparaison internationale, mais aussi la présentation à un large public des approches qui renouvellent l’histoire des batailles de 1916, notamment sur les fronts autres que le front ouest.
– Son champ chronologique est l’ensemble de l’année 1916
– Il portera sur toutes les batailles, quels qu’en soient les espaces, la nature et la forme, y compris la bataille navale. En effet, si une insistance particulière sur les trois grandes batailles de l’année (Verdun, la Somme, l’offensive Broussilov) est légitime, l’interdépendance des batailles entre elles d’une part, et d’autre part le souhait d’une approche comparative des batailles et des fronts, interdisent une définition étroite de l’objet d’étude.

Le colloque s’organisera autour de trois thèmes.

Construire la bataille

La bataille est construite d’abord par les acteurs qui la projettent, en définissent le temps et l’espace, par l’organisation militaire qu’ils se donnent pour la mener, par leurs choix stratégiques et tactiques. Elle est construite sur le moment même, par ceux qui y participent et en témoignent, hommes et femmes (comme les infirmières), aux divers niveaux de la hiérarchie militaire, du simple soldat au grand chef, par les journalistes qui en rendent compte, par les films éventuellement, par l’opinion publique et par les civils, avec leurs émotions et leurs représentations antérieures de la bataille, par les récits que donnent les « rescapés » de la bataille. Les mots utilisés pour dire la bataille comptent beaucoup : ils inscrivent une nouveauté dans un champ d’expérience qui, par définition, l’ignorait.

La bataille est enfin construite après coup par les autorités qui dressent la liste des batailles, par la littérature de témoignage ou d’histoire, par les commémorations qui vont du simple rappel à la mythification. La mise en récit de la bataille est au cœur de sa construction.

En résumé, il s’agit de la construction (ou de la reconstruction) de la bataille
par les mots
par les acteurs
par la circulation des informations sur le moment et le récit des « rescapés »
par la mémoire, les mythes et l’historiographie.

Expérimenter la bataille

On s’interroge ici sur le vécu des soldats à partir d’une problématique qui dépasse le récit compassionnel et victimaire. On souhaite l’aborder en fonction de divers critères : l’expérience antérieure du combat, l’espace-temps des soldats, c’est-à-dire la réalité matérielle (relief, climat) et le moment de la bataille dans lequel ils interviennent, leur expérience corporelle, la durée de leur séjour en ligne. On s’interrogera aussi sur les sorties de la bataille : la relève, la capture des prisonniers, (pas leur captivité ultérieure), la blessure, le refus d’obéissance, la désertion, la fraternisation.

L’expérience de la bataille passe aussi par les représentations que les soldats, au sein même de la bataille, se font d’eux-mêmes et des autres, des ennemis, des chefs, des civils. On distinguera les représentations des savoirs de la bataille, qui évoluent : la connaissance des armes et de leurs effets, celle du terrain s’affine parmi les soldats, mais aussi parmi les officiers (échelle des cartes, photographies aériennes).

On s’intéressera enfin aux combats dans la bataille. Les formes de combat évoluent, d’un front à l’autre, en fonction de l’évolution des armes, des conceptions tactiques, de l’organisation des unités, de l’expérience acquise. La bataille n’implique pas nécessairement le combat et il ne suffit pas d’un combat pour faire une bataille.

En résumé il s’agit ici de pratiques et de représentations dans l’espace et le temps :
Les espaces comme lieux d’expériences corporelles différenciées
L’expérimentations de l’espace et les jeux d’échelles
L’expérience de la bataille dans sa durée
L’usage des armes : le combat dans la bataille, les mutations de la bataille en 1916
Les représentations de soi et des autres dans la bataille
La sortie de la bataille : relève, capture, blessure, désertion, refus, fraternisation.

Alimenter la bataille

Alimenter la bataille c’est d’abord lui fournir des hommes. La crise des effectifs est un sujet central, avec ses effets sur les mobilisations, sur l’organisation des unités, sur le commandement (combien d’officiers en ligne le sont depuis 1914 ?), et un aspect international important (envoi de divisions à un allié, transferts de troupes d’un front ou d’un secteur de front à un autre). Les surestimations croisées des pertes chez soi et chez l’adversaire.

C’est ensuite nourrir les combattants, ce qui constitue une entreprise considérable. Sans oublier les millions de chevaux nécessaires aux armées. L’archéologie du champ de bataille peut être ici utilement sollicitée, comme l’histoire socio-économique. C’est produire le matériel (armes et munitions, avions, camions etc.) nécessaire à la bataille, et l’acheminer en temps utile : la logistique est une dimension décisive de la bataille, avec là aussi des échanges entre alliés qui n’ont guère été étudiés.

Avec les formes nouvelles de la mobilisation industrielle on touche enfin un sujet plus large : celui des civils et de leur mobilisation ou re-mobilisation. Alimenter la bataille c’est aussi soutenir le moral de l’arrière, aussi bien que celui des combattants.

En résumé, il s’agit ici de tout ce qui est nécessaire pour faire « fonctionner » la bataille :
La crise des effectifs et les transferts d’un front à l’autre (hommes et matériel)
Nourrir les hommes
Produire le matériel
Assurer la logistique
Alimenter ou renforcer le moral : les re-mobilisations

CONSEIL SCIENTIFIQUE

Le Conseil scientifique de la Mission du Centenaire assure le suivi du colloque « Les batailles de 1916 » cf. http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/le-conseil-scientifique-de-la-mission-du-centenaire et plus particulièrement :

  1. Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, Directeur d’études à l’EHESS, président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne
  2. Nicolas BEAUPRÉ, Maître de conférences en histoire contemporaine, université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
  3. Rémy CAZALS, Professeur émérite d’histoire contemporaine, université de Toulouse 2-Jean Jaurès
  4. François COCHET, Professeur d’histoire contemporaine, université de Lorraine-Metz
  5. Frédéric GUELTON, Historien, ancien chef du département de l’armée de terre – Service Historique de la Défense (SHD)
  6. John HORNE, Professeur émérite d’histoire contemporaine, Trinity College, Dublin
  7. Gerd KRUMEICH, Professeur émérite d’histoire moderne et contemporaine, université de Düsseldorf
  8. Philippe NIVET, Professeur d’histoire contemporaine, université de Picardie-Jules Verne
  9. Nicolas OFFENSTADT, Professeur invité, université de Francfort-sur-Oder (Viadrina)
  10. Antoine PROST, Professeur émérite d’histoire contemporaine, université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, président du conseil scientifique de la Mission du Centenaire.

ORGANISATION

Les communications ne seront pas directement présentées par leurs auteurs, mais elles feront l’objet d’une synthèse présentée par un rapporteur, afin de favoriser une large discussion pendant laquelle les auteurs pourront s’exprimer.

Les langues de travail du colloque seront le Français, l’Anglais et l’Allemand, avec traduction simultanée.

Les communications en Russe sont acceptées.

Les propositions de communication doivent parvenir au secrétariat scientifique de la Mission du Centenaire 14-18, 109 Boulevard Malesherbes, 75008 PARIS, (alexandre.lafon@centenaire.org) avant le 4 janvier 2016. Elles ne dépasseront pas  1000 mots (5 000 signes).

Le conseil scientifique examinera les propositions de communication. Les auteurs retenus devront envoyer leur communication finalisée pour la fin du mois de mars 2016, compte-tenu du temps nécessaire pour leur éventuelle traduction en français d’abord, puis pour permettre aux rapporteurs de rédiger leur synthèse.

Le colloque comprendra, outre les sessions de travail (présentation des communications par le rapporteur et discussion) trois ou quatre grandes conférences, dont une conférence d’ouverture et une de clôture.

Il est envisagé d’organiser après la fin du colloque deux visites guidées (exclusives l’une de l’autre) d’une journée, soit sur la Somme, soit à Verdun.

 

**************

Call for papers – deadline : 4th January 2016!

The French Commission for the Centenary of the Great War, 1914-1918 (Mission du Centenaire 14-18) and its Scientific Council are organizing an international conference in Paris, 22, 23 and 24 of June 2016 about “The Major Battles of 1916.”

Problematic

The commemoration of the battles of 1916 runs the risk of treating the latter as if they are self-evident and thus of reducing them to their purely military aspects, whereas the very use of the term “battle” is anything but self-evident. What Maurice Agulhon described as: “a combined series of assaults, of attempts to break through the front or at least to ‘gnaw away’ at the enemy’s defensive lines and so push back the front” stands in sharp contrast to previous meanings of the term “battle.” Indeed, we might ask what a “battle” is in relation to operations covered by the terms: “war”, “campaign”, “offensive”, “combat” or “front”?

The conference will therefore take the “battles” of 1916 in their international dimensions as it is problematic.

Its object is two-fold: first, to advance knowledge by broadening perspectives and introducing international comparison; second, to introduce a broad audience to the approaches that have renewed the history of the battles of 1916 in recent years, notably on fronts other than the western front.

The timeframe is the whole of the year 1916.

The conference will encompass all the major battles, wherever they occurred and whatever their form and nature. This includes naval battles. The three great battles of Verdun, the Somme and the Brusilov offensive in Galicia will naturally occupy a central place. However, the interdependence of these battles and the desire for a comparative approach between different battles and fronts, make any narrow definition of the subject impossible.

The conference will be organised around three themes.

Constructing battle:

Battle was constructed first in the minds of the actors who conceived it and defined its temporal and spatial dimensions, decided on its organisation and made strategic and tactical choices. Those who took part, from the ordinary soldier to the commanders in chief, also constructed battles on the spot. Witnesses constructed them, too, whether as nurses, journalists or eventually through films. Civilians likewise constructed the battle by “public opinion,” by their prior imagery of battle, by their emotions and through the tales told by the “survivors” of battle. Words were crucial, for they inscribed a new reality in the field of experience, a reality of which by definition there was no prior knowledge.

Finally, battle was constructed retrospectively by the authorities that drew up the list of battles, by eyewitness literature, by histories and by commemorations that ranged from simple reminders to full-blown myths. Narrating battle was at the heart of its construction.

To sum up, the question is how the battle was constructed (or reconstructed):

By words

By actors

By the circulation of information and the tales of “survivors”

By memory, myths and historiography.

Experiencing battle:

The question here is how to reconstruct the experience of the soldiers in a way that sees them as more than suffering victims. This will be addressed by various criteria: the prior experience of combat, the relationship between space and time, the material realities of terrain and weather, the moment of intervention in a battle, bodily experience and the length of time spent in the line. Also important are the different possible exits from battle: relief by new units, being taken prisoner (but not the subsequent experience of POWs), evacuation with wounds, refusing to obey orders, desertion and fraternisation.

The experience of battle also encompasses the ideas that soldiers had of themselves and of others (the enemy, their commanders, civilians) in the midst of battle. It will be important to identify battlefield learning as this evolved, i.e. knowledge about weapons and their effects and also about terrain, both by the soldiers but also by the officers (detailed mapping, aerial photography).

Of interest, too, is the place of combat within the battle. Combat evolved from one front to another in relation to changing weapons, tactical ideas, unit organisation and the accumulation of experience. Being in battle does not necessarily mean engaging in combat; conversely, combat is not enough to make a battle.

To sum up: the question here is that of the practices and representations of battle in space and time:

Space and different bodily experiences

The experience of space and the question of scale

The experience of battle in terms of its duration

The use of weapons: combat within battle and the changes in combat in 1916

Representations of self and other in battle

Exiting battle: relief, capture, wounding, desertion, refusal to obey, fraternization.
Supplying battle:

Supplying battle is first and foremost a question of men. The manpower crisis is a central subject, with repercussions on military mobilization, the organization of units, command (how many officers in the line had been there since 1914?). It is also an international issue, since allies reinforced each other and transferred troops between fronts and sectors. It also entails the overestimation by each side of its own and enemy losses.

Supply is a matter, too, of feeding the combatants, which was a considerable undertaking, without forgetting their horses (a major source of draft power). Battlefield archaeology has much to teach us in this regard, as does socio-economic history. It is also a question of supplying the matériel (weapons, munitions, aircraft, lorries etc.) required by a battle: logistics was a decisive dimension entailing collaboration between allies that has barely been studied.

Finally, new forms of industrial mobilization raise an even broader question: that of civilians and their mobilization or re-mobilization. Supplying a battle means sustaining morale in the rear as well as on the front.

To sum up: this final theme deals with everything needed to make battle function:

The manpower crisis and transfers of men and matériel between fronts

Feeding the soldiers

Producing matériel

Ensuring the logistic of battle

Sustaining or reinforcing morale on the front and at home; re-mobilizations

SCIENTIFIC COUNCIL

The conference “The Major Battles of 1916.” is monitored by the Scientific Council of the French Commission for the Centenary of the Great War, 1914-1918 (please refer to http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/le-conseil-scientifique-de-la-mission-du-centenaire ) and more specifically by:

  1. Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, Directeur d’études à l’EHESS, président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne
  2. Nicolas BEAUPRÉ, Maître de conférences en histoire contemporaine, université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
  3. Rémy CAZALS, Professeur émérite d’histoire contemporaine, université de Toulouse 2-Jean Jaurès
  4. François COCHET, Professeur d’histoire contemporaine, université de Lorraine-Metz
  5. Frédéric GUELTON, Historien, ancien chef du département de l’armée de terre – Service Historique de la Défense (SHD)
  6. John HORNE, Professeur émérite d’histoire contemporaine, Trinity College, Dublin
  7. Gerd KRUMEICH, Professeur émérite d’histoire moderne et contemporaine, université de Düsseldorf
  8. Philippe NIVET, Professeur d’histoire contemporaine, université de Picardie-Jules Verne
  9. Nicolas OFFENSTADT, Professeur invité, université de Francfort-sur-Oder (Viadrina)
  10. Antoine PROST, Professeur émérite d’histoire contemporaine, université de Paris 1- Panthéon Sorbonne, président du conseil scientifique de la Mission du Centenaire

Organisation

The conference will last three days in late June 2016 and will be held in Paris.

Papers will not be read out by their authors but will be summarized in a report presented by a rapporteur in order to facilitate a broad discussion, during which the authors will be able to express their ideas.

The working languages of the conference will be French, English and German, with simultaneous translation.

Papers in Russian will be accepted.

Proposals for communication plans must reach the scientific secretariat of the Mission du Centenaire 14-18, 109 Boulevard Malesherbes, 75008 PARIS, (alexandre.lafon@centenaire.org) before the 4th of January 2016. They should consist in an outline of not more than 1,000 words.

The Scientific Council will examine the proposals. Those selected must be fully received by the end of March 2016, in order to allow their translation into French if necessary and for the rapporteurs to draft their reports on time.

In addition to the regular sessions consisting of the rapporteurs’ presentation of the papers followed by the general discussion, there will be three or four keynote speeches, including one to open and close the conference. It is also hoped that at the end of the conference two daylong (but mutually exclusive) battlefield visits will be organized, one to Verdun and the other to Somme.

 

 


Elisa Marcobelli

Doktorandin am Deutschen Historischen Institut Paris und an der EHESS, unter der Leitung von Christophe Prochasson (EHESS) und Oliver Janz (FU). Mitglied der Forschungsgruppe zum Ersten Weltkrieg am DHIP.

More Posts - Website

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *