Août 1914, par Jean-Jacques Becker et Gerd Krumeich (billet de l’album franco-allemand de la Grande Guerre, Mission du Centenaire/DHIP)

L’Institut historique allemand et la Mission du centenaire 1914-1918 s’associent pour proposer, depuis novembre 2013, un « Album franco-allemand de la Grande Guerre ».1 Chaque quinzaine, le grand public pourra découvrir des documents relatifs au premier conflit mondial, expliqués et mis en lumière par deux historiens spécialistes de la question, l’un français, l’autre allemand, en deux langues. Dans le mois d’août nous publions les documents et leurs commentaires ici dans le blog “La Grande Guerre”.

Une du "Berliner Morgenpost" du 4 aout 1914 : "Frankreich greift an !", DHM, DG 90/6403.14 / Une du "Matin" du 4 aout 1914 : "L'Allemagne déclare la guerre à la France", BNF

Une du “Berliner Morgenpost” du 4 aout 1914 : “Frankreich greift an !”, DHM, DG 90/6403.14 / Une du “Matin” du 4 aout 1914 : “L’Allemagne déclare la guerre à la France”, BNF

 

Le Matin du 3 août 1914, par Jean-Jacques Becker

Sur toute la largeur de sa première page, Le Matin – c’était par sa diffusion un des principaux journaux français de l’époque – affichait en gros caractères – sans excès d’ailleurs, ce n’était pas des caractères d’affiches ! – : « L’Allemagne déclare la guerre à la France ». Et le journal d’annoncer que l’ambassadeur d’Allemagne avait quitté Paris à 10h10 du soir (on ne disait pas à l’époque, comme on le ferait actuellement, à 22h10). Le journal contait la dernière entrevue entre le président du Conseil français, René Viviani, et l’ambassadeur allemand, Wilhelm von Schoen. Ce dernier avait notifié la déclaration de guerre de l’Allemagne, suite à des bombardements d’avions français sur les territoires allemand et belge, parfaitement imaginaires à vrai dire, mais il va de soi que l’éclatement de la guerre entre la France et l’Allemagne avait bien d’autres raisons. D’ailleurs, en première colonne, un long éditorial non signé, était titré « La guerre sainte de la civilisation contre la barbarie ».

Les caractères relativement modestes employés par le journal s’expliquaient d’autant plus que la déclaration de guerre allemande n’était pas une grande surprise. Depuis quelques jours, mais depuis quelques jours seulement, la guerre européenne était devenue une certitude.

Comment en était-on arrivé là ? En ce début du XXe siècle, les raisons de tension internationale n’avaient pas manqué, en particulier entre la France et l’Allemagne à propos du Maroc. La volonté française de mettre la main sur ce territoire et celle de l’Allemagne d’en avoir sa part avaient provoqué deux graves crises, la première en 1905, la deuxième en 1911 – la crise d’Agadir – qui avait failli déboucher sur la guerre. Une autre cause de tension avait été, en 1912-1913, les « guerres balkaniques » qui ne concernaient particulièrement, ni l’Allemagne, ni la France, mais intéressaient de très près leurs alliés la Russie et l’Autriche-Hongrie.

Autre manifestation de tension, les conséquences du grand débat français de 1913 sur la loi qui portait à trois ans le service militaire pour répondre à un renforcement des forces d’active allemande, ce qui concernait d’ailleurs les Balkans et pas la France ! Pourtant en dépit de ces apparences et de l’existence de deux groupes d’Etats antagonistes, d’un côté la Triple-Entente qui réunissait la France, la Russie et le Royaume-Uni, de l’autre la Triple-Alliance, Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie, – deux « alliances » qui  n’étaient d’ailleurs pas d’une cohésion à toute épreuve – , on pouvait sentir une certaine détente dans les relations internationales en ce début 1914. Par exemple, qu’un président de la République française en l’espèce Raymond Poincaré, et cela pour la première fois depuis 1871, se soit rendu à une réception de l’ambassade d’Allemagne en janvier 1914, et même s’il ne faut pas en exagérer l’importance, en était un signe.

C’est alors qu’allait se produire « l’accident ». Le 28 juin 1914, un groupe de jeunes Serbes nationalistes parvenaient – par le plus grand des hasards d’ailleurs – à assassiner l’archiduc héritier d’Autriche-Hongrie, François Ferdinand, et de surcroît sa femme, la duchesse de Hohenberg,  à Sarajevo où ils étaient venus en visite officielle. La Bosnie-Herzégovine dont Sarajevo était la capitale, de peuplement principalement slave, serbe, croate, …, occupé depuis 1878 par les Austro-Hongrois, avait été annexée récemment, en 1908.

La Serbie n’était pour rien dans cet attentat, même si les conjurés y avaient trouvé des complicités, mais il y avait déjà longtemps que l’Autriche-Hongrie entendait « mater » un pays volontiers agressif à son égard, ce à quoi l’Allemagne, le puissant allié de l’Autriche-Hongrie, s’était toujours opposé. Suite à l’attentat, l’Allemagne laissait faire sans vraiment y pousser, et il allait ainsi s’enclencher un enchaînement diabolique qui, au lieu du conflit « localisé » que les protagonistes avaient imaginé, devait aboutir à la guerre européenne, et dans une certaine mesure mondiale, ne serait-ce que par l’intermédiaire des empires coloniaux que possédaient les puissances européennes.

Les étapes sont faciles à apercevoir. La Russie slave et orthodoxe se porte au secours de la petite Serbie également slave et orthodoxe, l’Allemagne ne peut laisser l’Autriche-Hongrie isolée face à la Russie et déclenche le plan Schlieffen qui prévoyait en cas de guerre avec ce que l’on croyait être le « géant » russe, de commencer par se débarrasser de l’alliée de la Russie, la France. Au surplus, l’invasion de la Belgique par l’armée allemande entraînait l’entrée dans la guerre du Royaume-Uni. Entre la remise à la Serbie de l’ultimatum autrichien, le 23 juillet et l’entrée en guerre du Royaume-Uni le 4 août, il s’était écoulé 14 jours !, marqués par la déclaration de guerre de l’Autriche à la Serbie, le 28 juillet, la mobilisation générale russe le 30 juillet, la mobilisation générale en Allemagne et en France, le 1er août, à quelques minutes d’intervalle… Parmi les grands dirigeants européens, on peut dire que personne n’avait souhaité cette guerre, tout au moins dans les proportions qu’elle a prises. D’autres tentatives de sauver la paix, on peut retenir l’échange de télégrammes entre le Tsar de Russie Nicolas II et l’Empereur allemand Guillaume II, la longue résistance de Nicolas II à la mobilisation générale russe, l’interrogation de Guillaume II à son État-Major, pourquoi attaquer la France qui n’avait pas été directement concernée par ces affaires balkaniques…

Les pressions des milieux militaires des différents pays ont certainement été déterminantes. Les États-Majors étaient convaincus que, si on tenait compte en particulier des armements modernes, une guerre éventuelle ne pouvait être que brève et que tout retard dans la mobilisation et la mise sur pied de guerre des armées pourraient être désastreux et extrêmement périlleux. Mais la pression des opinions publiques chez au moins trois des belligérants, la Serbie, l’Autriche-Hongrie et la Russie a été également très importante. Bien entendu pour la Russie, cela concerne la population des villes et non les immenses masses paysannes.

Ce ne fut pas, enfin, une cause négligeable qu’il ne se trouva alors dans aucun des pays concernés un ou des hommes d’État capables d’imaginer comment arrêter l’infernal cheminement conduisant à une guerre qui éclatait, en fait, un peu par hasard.

Jean-Jacques Becker, Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Berliner Morgenpost du 4 août 1914, par Gerd Krumeich

Le 4 août 1914 est le jour de l’entrée en guerre généralisée. La Russie et l’Allemagne étaient déjà en guerre depuis le 1er août et le 3 août, l’Allemagne avait déclaré la guerre à la France ; le 4 août même, c’est l’Angleterre qui entre en guerre avec l’Allemagne. Ce matin-là, quand paraît cette édition du Berliner Morgenpost, la journée est donc formidablement chargée de hantises, de nervosité, et d’un certain enthousiasme de guerre, comme on l’a trop souvent souligné. Le Morgenpost était une feuille plutôt conservatrice, à l’opposé du Berliner Tageblatt, connu encore aujourd’hui pour les articles clairvoyants et critiques de son rédacteur en chef, Theodor Wolff. Or, le Morgenpost, c’était tout le contraire. C’est la feuille de la Cour et des conservateurs, qui parlait entièrement leur langue.

Dans la colonne de gauche, on évoque toutes les agressions qu’aurait commis la France face à une Allemagne qui aurait encore cherché, à la dernière minute, à sauvegarder la paix. On y parle des attaques par des troupes françaises, malgré la promesse de la France de tenir ses troupes à une distance de 10 kilomètres de la frontière. Il est vrai que c’est le gouvernement français qui avait forcé le général Joffre, commandant en chef, à exécuter cette manoeuvre. Joffre fulminait contre cette mesure. Mais dans l’ensemble ces « 10 km » furent une consigne d’une grande sagesse parce qu’elle symbolisait, aux yeux du monde entier, le fait que la France n’allait faire que défendre « le sol sacré de la Patrie ». Mais pour les Allemands c’était tout aussi important d’être dans un état de légitime défense puisque ses soldats, en grande majorité des civils en uniforme, comme en France, n’envisageaient qu’une guerre de défense nationale.

Dans la colonne de droite de cette “Une” du Berliner Morgenpost, on évoque déjà le “Livre blanc” allemand qui allait être présenté au Reichstag par le chancelier Bethmann Hollweg, quelques heures plus tard. Ce Livre blanc fut le premier des « livres de couleur » justifiant les actions des gouvernements et accusant les méfaits des autres puissances, qui parurent dans les mois suivants dans tous les pays en guerre (le “Livre jaune” français ne fut publié qu’en novembre). Le livre blanc allemand qu’évoque ce journal insiste dans sa première partie sur l’échange de Lettres entre Guillaume II et son cousin, le tsar Nicolas II, et dont on affirme la grande méchanceté puisque il parle de la paix possible au moment où la Russie procède déjà à la mobilisation générale. Il a donc fallu que l’Allemagne se défende face à ce dessein d’agressions de la Russie qu’aurait voulu cacher ce tsar parfaitement « perfide ».

Cet esprit de défense, cette affirmation réitérée pendant toute la Grande Guerre, que l’Allemagne ne menait qu’une guerre de défense contre un monde agressif, fut consacrée par la réunion plénière du Reichstag, ce 4 août 1914, et dont parle le Morgenpost dans l’article placé au milieu de la “Une”. Sous le titre “Rentrée du Reichstag. Il n’y a plus de partis”, on prédit ce matin du 4 août, ce qui ne se passera que quelques heures plus tard. À savoir, l’affirmation et la consécration de l’Unité nationale : il n’y a plus de partis et Guillaume II reprendra cette formule peu après dans son célèbre discours depuis le balcon du château de Berlin : face à la guerre, dit-il, « je ne connais plus de partis, je ne connais que des Allemands ». Ce fut la consécration, ce jour-là, par le Parlement et le Kaiser, du Burgfrieden, de cette étonnante « trêve des partis » qui ressemblait en tout point à l’Union Sacrée de la France.

En effet, comme l’explique ce journal du matin, donc paraissant avant ces événements, les feuilles socialistes du pays entier avaient signalé depuis la veille que face à la guerre imposée par les Russes en accord avec les Français, les socialistes allemands accourraient à la défense nationale. C’était le même esprit qui animait, en France le discours de Léon Jouhaux sur la tombe de Jaurès, ce 4 août 1914, et qui disait : “Ils ont assassiné Jaurès, nous n’assassinerons pas la France”. Or, les socialistes allemands, internationalistes, tout aussi convaincus que leurs collègues et amis français peu de temps auparavant, reprirent d’une seule voix : « nous n’assassinerons pas l’Allemagne »

L’enthousiasme de guerre tant souligné et tant critiqué, existait bel et bien : cette conscience et cette évidence que tous pensaient et sentaient maintenant à l’unisson. On ne connaissait plus les vieux clivages, et le Kaiser lui-même assurait qu’il n’accepterait plus que les juifs soient décriés, que les protestants brocardent les catholiques comme des “papistes” et que ces derniers continuent de dire que les protestants avaient trahi l’Église unique et vraie. Tous ensemble, en avant, pour la défense nationale… Les contemporains n’ont jamais oublié ce frémissement unanime. Cet esprit s’il n’a pas tenu longtemps, a existé ce 4 août 1914, le jour où débuta dans l’enthousiasme de la défense nationale une guerre qui allait dévorer l’ancienne Europe des nations et du progrès.

Gerd Krumeich, Professeur émérite d’histoire moderne et contemporaine de l’université Heinrich Heine de Düsseldorf

  1. Pour plus d’informations : http://dhiha.hypotheses.org/1267 []

dhiparis

Teamaccount der Redaktion.
Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *