Histoire et mémoire: De l’actualité de la Première Guerre Mondiale 1914-2014 et atelier franco-allemand pour doctorants

Par Ulrich Pfeil

En janvier dernier les lecteurs du Spiegel (10.1.2014) pouvaient lire que « La Grande Guerre était le point de départ de la réconciliation avec la France » l’article faisant ainsi le lien entre les commémorations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale et l’année anniversaire du Traité de l’Élysée sur la coopération franco-allemande en 2013. 2014 sera en effet une année de toutes les commémorations, non seulement celle du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Elle marquera aussi les 75 ans du début de la Deuxième Guerre Mondiale, les 70 ans de la Libération en France, et le 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin qui allait déboucher une dizaine d’années plus tard sur l’élargissement de l’Europe vers l’Est, ouvrant ainsi la voie d’une « Europe réunifiée ». Parmi les historiens, « certains d’entre eux, – et ceci indépendamment de leurs opinions politiques –, observent avec un sentiment de malaise que les évènements qui précédent 1914 ne sont pas si éloignés de ceux que nous constatons actuellement en Europe. En effet, la crise financière et économique sans précédent que traverse l’Europe va de pair selon eux avec la réapparition de courants nationalistes » (Spiegel, 30.12.2013).

Dans ce contexte général de crise, la tentation d’utiliser les commémorations de 2014 comme s’il s’agissait d’écrire un nouveau récit de l’histoire de notre siècle, dont le début serait marqué par la Première Guerre Mondiale, « catastrophe originelle » du XXe siècle pour citer George F. Kennan ou « l’Age des Extrêmes » selon Eric Hobsbawm. Un récit qui après la Deuxième Guerre Mondiale se poursuivrait par la Guerre Froide et les conflits liés à la décolonisation. Dans une déclaration du 7 novembre 2013, le Président de la République, François Hollande, rappelait en guise d’avertissement que la paix n’est pas une évidence: « Ce temps de mémoire intervient également dans un contexte où l’idéal européen paraît s’épuiser, où la paix suscite l’indifférence tant elle s’est installée comme une évidence ».

En faisant le lien jusqu’à aujourd’hui en passant par 2004, il s’avère que « l’Age des extrêmes » nous apporte des enseignements sur la manière dont l‘Occident s’est appuyé sur l‘intégration européenne, pour se doter de fondements en faveur d’une paix durable qui a pu s’étendre aussi à l’Europe de l’Est après la Deuxième Guerre Mondiale. Pour Frank-Walter Steinmeier, Ministre fédéral des Affaires étrangères, ceci signifie que la « leçon à tirer de cette année commémorative est la prise de conscience de la valeur symbolique et fondatrice qu’elle représente, à savoir que de grandes et moyennes puissances qui se sont très souvent combattues à l’intérieur d‘un continent divisé, unissent aujourd’hui leurs forces de façon pacifique et civilisée pendant des nuits entières de négociations afin de trouver des solutions communes » (FAZ, 25.1.2014). D’où la question : La Première Guerre Mondiale peut-elle et doit-elle être l’occasion de raconter l’Europe différemment à travers le regard sur 1914 – 1918?

Au cours de cette année 2014, ce sont nous qui serons les observateurs et témoins du récit national des pays adverses sur la Première Guerre Mondiale. Selon l’historien Gerd Krumeich, l‘Allemagne, a du moins officiellement, manifesté jusqu’à maintenant un « désintérêt notoire » pour le Centenaire. Il allait jusqu’à dire qu’il n’y a pas de culture historique nationale en Allemagne, ce qui a fait dire à Edgar Wolfrum, historien de l’Université de Heidelberg dans le Tagesspiegel du 17.1.2014 que « la position officielle de l’Allemagne est honteuse ». Alors que la France et la Grande-Bretagne ont depuis longtemps réfléchi à un concept au sujet du Centenaire, le Président de la République Fédérale, Joachim Gauck n’a pas d’autre choix que de sauver « l’Année de toutes les commémorations » (Spiegel online 9.11.2013). C’est pourquoi les deux chefs d’Etat français et allemand seront en visite officielle au mémorial de Hartmannswillerkopf /Le Viel Armand dans les Vosges le 3 août prochain pour honorer en commun la mémoire des victimes de la Première Guerre Mondiale.

Les différences d’approche entre les deux pays au sujet de la préparation de l’Année du Centenaire montrent bien que la mémoire de cette période est perçue différemment dans les différents pays concernés. Une fois de plus, on s’aperçoit que la mémoire du XXe siècle en Europe est une mémoire qui divise, pour ne pas dire une mémoire divergente ou asymétrique. Dans les pays vainqueurs, on pouvait observer pendant des décennies une mémoire caractérisée par le patriotisme alors que dans l’Allemagne vaincue, la mémoire était refoulée, même violemment controversée sinon occultée par la mémoire des crimes et de l’horreur de la Deuxième Guerre Mondiale ; en Europe de l’Est, le débat sur la mémoire était longtemps inexistant jusqu’à la fin de la Guerre Froide (L’Express, 18.1.2014). Les actions autour des commémorations de la Première Guerre Mondiale, ne sauraient avoir pour objectif de simplifier et harmoniser artificiellement le travail de mémoire au nom d’un récit historique commun en Europe. Pour autant, la question sur la part de mémoire commune par rapport à la diversité des mémoires nationales demeure.

Ce bref aperçu du débat actuel autour de l‘Année du Centenaire de la Premiere Guerre Mondiale met en évidence la pertinence du sujet et exige une réflexion scientifique approfondie, comme le soulignent les auteurs de l’Appel intitulé « Pour un autre regard sur 1914-1918 et une culture commune de la commémoration » (Tagesspiegel, 27.1.2014).

2e atelier franco-allemand pour doctorants
à Fischbachau du 11 au 14 juin 2014
Fischbachau/Munich

Dans un lieu riche en traditions, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) et le Centre de coopération universitaire franco-bavarois (CCUFB) organisent conjointement avec la participation de l’Etat de Bavière un atelier pluridisciplinaire à l’occasion des commémorations de la Première Guerre Mondiale. Cet atelier s’adresse en particulier aux doctorants en sciences sociales et humaines, de France, d’Allemagne et de pays-tiers.

Appel à candidatures


Max Weber Stiftung

The Max Weber Foundation promotes global research, concentrated around the areas of social sciences, cultural studies and the humanities. Research is conducted at ten institutes in various countries across the globe with distinctive and independent focal points. Through its globally operating institutes, the Foundation is able to contribute to the communication and networking between Germany and the host countries or regions of its establishments. By promoting scientific dialogue and merging academic as well as non-academic employees from several countries with different cultural backgrounds, the Max Weber Foundation is able to strengthen the Internationalization of research in its three fields of dedication.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *