Abstract: Lukas Keller „L’Empire allemand en guerre : L’État, la société et le « danger pacifiste »“

Les relations entre le pacifisme « bourgeois » et l’État allemand, gouverné par les militaires, de 1914-1918 étaient tendues. Pour les dirigeants militaires et les organes de sécurité interne, le mouvement pacifiste représentait un danger car il exerçait un soi-disant effet néfaste sur l’opinion publique. Ainsi, afin de « protéger » la morale publique, les militaires et l’administration privèrent les pacifistes de nombreuses libertés individuelles fondamentales. Ils empêchèrent, avec une politique de censure rigoureuse, non seulement toute propagande pacifiste, mais rendirent également impossible l’organisation même du mouvement, en interdisant toute association libre. Avec des méthodes de surveillances modernes, les militaires contrôlèrent, en outre leurs activités politiques, la vie privée de nombreux pacifistes. La législation exceptionnelle leur permit de punir tous ceux qui se heurtaient à leurs prescriptions. Des avertissements, des amendes, des peines de prison et, finalement, des conscriptions militaires étaient les outils avec lesquels le régime arriva à supprimer quasi entièrement l’existence d’un pacifisme allemand, qui, pourtant, s’est toujours ressenti comme un mouvement patriote.

Colloque international “Les défenseurs de la paix 1899-1917. Approches actuelles, nouveaux regards”, 15-17 janvier 2014


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *