Abstract: Lucio D’Angelo „Les pacifistes démocratiques et l’intervention de l’Italie dans la Première Guerre mondiale“

La guerre de Libye de 1911-12 provoqua une fracture profonde dans le mouvement pacifiste italien d’origine radicale, républicaine et libérale progressiste. Cette fracture marqua le début de la fin du mouvement, qui, en effet, se divisa entre ceux qui approuvaient le conflit pour des considérations de nature national-patriotique et ceux qui n’y voyaient qu’une guerre d’agression et de conquête.

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale aggrava la crise d’identité du mouvement pacifiste bourgeois italien et l’amena à un point de non-retour. En effet, les interventionnistes d’orientation démocratique qui se battaient pour l’entrée en guerre aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne obtinrent le soutien non seulement des pacifistes qui s’étaient exprimés an faveur de la guerre italo-turque, mais aussi de presque tous les pacifistes contraires à celle-ci.

Dans chacun d’eux, le choix interventionniste naquit de la conviction profonde que la guerre qui était en train de se combattre était une «guerre juste» et, par conséquent, une guerre légitime. A leurs yeux, le conflit éclaté à l’été de 1914 se présentait comme une «guerre contre la guerre», comme une «guerre pour la paix» et leur souhait était que le conflit pourrait être même «la dernière guerre», c’est-à-dire la guerre qui, une fois l’impérialisme, le militarisme et l’autoritarisme austro-allemands écrasés, empêcherait à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie de devenir les maîtres incontestés du continent européen. La guerre aurait permis la mise en place en Europe d’un nouvel ordre fondé sur la liberté, la démocratie, le droit et le respect des principes de nationalité et d’autodétermination, garantissant ainsi une longue période de paix.

Colloque international “Les défenseurs de la paix 1899-1917. Approches actuelles, nouveaux regards”, 15-17 janvier 2014


dhiparis

Teamaccount der Redaktion.
Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *